actualité

La finance solidaire : concilier placements et convictions

Allier rentabilité et impact positif sur la société et l’environnement est une aspiration de plus en plus répandue chez les épargnants. Les produits financiers solidaires répondent à cette double exigence.

Protéger et faire fructifier son patrimoine sont les objectifs légitimes de tout épargnant. Il est aujourd’hui possible de faire davantage, c’est-à-dire orienter son investissement vers des activités que l’on estime particulièrement bénéfiques pour la société et l’environnement.

 

En clair, même si la performance n’est pas sa seule priorité, l’investisseur ne laisse pas dormir son patrimoine. De leur côté, les entreprises et les organismes à vocation sociale, solidaire ou environnementale trouvent, grâce à la finance solidaire, une source de financement pour augmenter leurs fonds propres. Le succès des placements solidaires (1,31 milliard d’euros souscrits en 2016 pour 9,76 milliards d’euros d’encours) prouve qu’ils répondent à une demande largement partagée. Ainsi, les épargnants solidaires ont dépassé le million de personnes en France, grâce à des produits tels que SG Solidarité.

 

Agir pour l’emploi, le logement ou l’environnement

Les placements solidaires agissent en utilisant deux mécanismes. D’abord par l’allocation des actifs qui, à hauteur de 5 % à 10 %, vont financer des entreprises solidaires non cotées. Ensuite, en redistribuant 50 % des revenus du fonds à une association ou une fondation partenaire agissant dans le domaine social ou environnemental.

 

Selon le ministère de l’Économie[1], en 2015, près de 48 % des fonds collectés ont été orientés vers la lutte contre l’exclusion et vers l’insertion par l’emploi. Viennent ensuite des actions à caractère social – soin aux personnes âgées ou en situation de handicap – et écologique à hauteur de 18 % et 16,5 % respectivement. Le reste des fonds a été mobilisé pour encourager l’entrepreneuriat en France, mais aussi dans les pays en voie de développement.

 

Des investissements socialement efficaces et financièrement pertinents

L’impact économique des placements solidaires est réel. Finansol, association indépendante de promotion de la finance solidaire et organisme de labellisation, estime que 49 000 emplois ont pu être créés ou consolidés en 2016, grâce à ce mode de financement. Pour ce qui concerne le logement, les placements solidaires ont permis de reloger 5 500 personnes.

Si l’on se place d’un point de vue plus strictement financier, les placements solidaires n’ont pas à rougir face à la plupart des produits classiques en termes de performances. Ils obéissent d’ailleurs pour 90 % de leur composition aux mêmes types d’arbitrages entre supports monétaires, obligataires ou actions. Les placements solidaires peuvent être portés par des fonds communs de placement ou des Sicav, à souscrire dans un compte titres, un plan d’épargne, dans le cadre de l’épargne salariale ou dans une assurance vie. Il existe donc plus d’une façon de placer son patrimoine tout en restant en accord avec ses convictions.

[1] https://www.economie.gouv.fr/facileco/finance-solidaire

découvrez aussi

actualité
septembre 2017

La pierre-papier : une stratégie de placement accessible

L’immobilier sous sa forme « pierre-papier » permet d’investir dans cette valeur refuge, avec une mise de fonds initiale peu élevée. Quelques clés pour mieux appréhender un placement de plus en plus prisé.